navigation

Forêts de Saida

 SaidaNature a un nouveau nom de domaine et un nouveau non : Réseau Saida Nature suivez le lien svp.

Pendant longtemps, pour les habitants de la ville de Saida « Aller en forêt » voulait dire aller au Vieux Saida, la forêt récréative située à la sortie Sud de la ville. Durant les années 90, l’absence de sécurité et des conditions socio-économiques peu reluisantes ont été parmi les principales causes de la défection du public envers les sorties du week-end. Bien sForêt Saïdéenneûr, quelques téméraires n’hésitaient pas à affronter ce monstre hideux qu’est la peur inspirée par les terroristes pour s’aventurer dans les bois ou au fond des gorges sombres du Vieux Saida.

Heureusement que ces tristes jours sont derrière nous et que les choses s’améliorent petit à petit.  Les gens, quelque soit leur âge, redécouvrent des notions basiques mais néanmoins essentielles qu’ils avaient complètement refoulées ou perdu de vue : les notions de bonheur, de jeux, de sorties, d’environnement, etc..

La forêt, un mot lourd de sens et qui faisait peur. La forêt, repaire de monstres venus d’on ne sait où et qui tuaient à tour de bras tout ce qui leur tombait sous la main. La forêt, sinistre endroit où un honnête citoyen n’avait rien à y faire. A moins que, il n’y avait un quelconque intérêt. Bref, la forêt fut pendant assez longtemps un endroit particulièrement dangereux.

Maintenant que la sécurité est revenue, les citoyens devraient réapprendre à utiliser ce mot qui faisait peur : el ghaba ! Le Vieux Saida est parfait pour ce faire : Ce n’est pas le jardin public et ce n’est pas nom plus la forêt dense et sombre. Il joue très bien le rôle de transition pour que les gens se réapproprient graduellement les espaces publics qui leur étaient « interdits » de fait.

El ghaba, c’est également un domaine appartenant dans sa majorité à l’état algérien. Ce dernier, au même titre que le citoyen, en a été chassé d’une certaine manière. L’état, puissance publique, a dû également réintégrer ses prérogatives. Et c’est tant mieux car la valeur socio-économique des forêts est d’une importance capitale pour le développement de notre région. Il y a des forêts qui doivent être préservées parce qu’elles abritent une faune et une flore dont l’importance n’est plus à démontrer ; Et d’autres, qu’il faut développer pour l’industrie du bois et de ses dérivés. Cette industrie est fortement génératrice d’emploi qualifiés et qui participe au développement de toute une chaîne de métiers.

La protection de l’environnement se fait aussi dans le cadre d’une économie solide et qui gagne. Des citoyens malheureux dans leur vie, chômeurs ou laissés pour compte du développement social ne sont pas très réceptifs au discours environnementaliste.

 Par SaidaNature

 

Commentaires»

1 2 3
  1. Mille excuses à notre ami Zamoum qui a vu son dernier commentaire supprimé accidentellement. Le voici reproduit fidèlement ci-dessous :

    Auteur : Zamoum Mohamed – 26 juin 2011

    Commentaire:
    En fait, les études qui ont été menées sur la chenille processionnaire du pin dans le barrage vert en Algérie et à travers tout le bassin méditerranéen ont principalement montré que :
    - cet insecte fait partie de la biocénose du pin d’Alep et de bien d’autres essences résineuses y compris le cèdre
    - les défoliations dues aux chenilles de cette espèce ne concourent pas à la mortalité des pins
    - les attaques sont spectaculaires durant les premières années de plantation et nécessitent un contrôle des populations ; par la suite on observe une autoprotection des peuplements et l’installation de tout un cortège de parasitoïdes et de prédateurs

  2. Un pseudonyme, surtout pour des personnes d’un certain âge, correspond souvent à une caractéristique de la personne. Je ne veux être reconnu que par M. Grim puisque c lui qui m’a donné ce surnom, il y a longtemps. Peut-être que s’il le traduisait dans la langue de sa ville natale ça lui parlerait plus. Si je devais lui en donner un à mon tour ce serait Charognard…
    Connaissez vous cela M. Grim:
    « D’abord y a l’aîné lui qui est comme un melon, pis qui a un gros nez, lui qui sait plus son nom, Monsieur, tellement qu’il boit, tellement qu’il a bu, lui qui n’fait rien d’ses dix doigts, lui qui n’en peux plus, lui qui est complètement cuit et qui s’prend pour le roi »
    Faut vous dire Monsieur que ce portrait là vous peint bien Monsieur, vous peint bien, très bien
    En effet oubliez ce nom qui ne vous appartient pas mais appartient à une communauté que vous avez toujours désagrégée au point de la rendre chimérique. Car par tradition de respect, n’est-ce-pas, l’aîné est écouté
    Vous l’avez oublié ? Votre nom est Saïd ben Mohammed ben Amar. Cela fait moins chic ?
    M. Kadik que vous critiquez tant, est professeur en retraite, mais encore sollicité dans plusieurs universités pour des cours. Vous êtes le seul a critiquer sa thèse, largement représentée dans les bibliothèques en Algérie et en France, éditée par l’OPU qui n’est tout de même pas une édition de guignols. Il vous a, semble-t-il, reproché de travailler pour les Belges. Oui vous avez tenté mais les Belges vous ont répondu qu’il fallait être mandaté par votre tutelle.
    Pourquoi vous n’écrivez rien sur Mme Kadik, qui aussi faisait partie de votre logorrhée, y entrainant d’ailleurs votre épouse. Je vous en donne des nouvelles tout de même ? Elle est professeure, toujours en activité, ses étudiants l’apprécient beaucoup et elle est sollicitée par l’UNESCO pour un ouvrage sur le savoir faire local de Djelfa en sylviculture, pile votre domaine soit disant
    Pourquoi demandez vous à M. Menahouer de vous faire un site internet. Avec deux fils au moins ingénieur en informatique vous avez certainement plus de moyens que lui. Mais tirer les marrons du feu et jouer la cerise sur le gâteau sont des activites où vous excellez
    Quand vous êtes pris la main dans le pot de confiture, vous coups sont en dessous de la ceinture
    J’espère que le solstice d’hiver que vous avez jugé utile de rappeler vous a emporté dans sa nuit la plus profonde
    Et quittez ce ton mystique que vous avez assez souvent, retournez au vrai théâtre que vous avez pratiqué un certain temps à Montréal, cela vous sied plus

  3. @ Ennebati mohamed El Amin

    Je t’ai préparé un pdf sur ce sujet. Je te l’envoie aujourd’hui même.
    En espérant t’avoir aidé dans la préparation de ton exposé.

    Si tu permet, et à travers toi, j’aimerais donner un conseil hyper important à tous nos étudiant(e)s :
    Si Internet est un formidable outil de recherche bibliographique, de communication et d’information, il ne doit pas devenir un outil pour « faire » des exposés « prêt-à-emporter » et prêts-à-remettre » au prof.

    Il est très important de remettre son propre travail. Il en va de votre crédibilité intellectuelle et de votre compétence présente et future.

    Par ailleurs, il n’est pas interdit de s’inspirer de tel ou tel travail ou publication.

    Merci de rester fidèle à SaidaNature. N’hésitez pas à faire appel à nous en cas de besoin.

    Bon courage.

  4. bonjour,
    j’ai le plaisir de vous contactez suite à une faveur que je souhaite bien de me l’offrir car je suis un étudiant en écologie 4ème année à TLEMCEN et je cherche des donnés (revues,rapports,…etc) qui parle de la processionaire du pin du coté économique pour mon éxposé à faire.
    Veuillez S.V.P m’aider et merci

  5. Nos lecteurs l’ont sûrement constaté par eux-mêmes, la rédaction du site n’est pas intervenu dans cette « polémique » entre forestiers Saïdéens.

    En vertu du droit à la liberté d’expression de chacun, nous n’avons supprimé aucun message. Nous espérions seulement que les échanges ne sortent pas du cadre de la courtoisie et du respect mutuel. Par ailleurs, nous nous réservons le droit de modérer tout passage qui ne respecte pas ces recommandations.

    Monsieur Grim et ses contradicteurs ont le mérite de nous « informer » sur la manière dont étaient gérées les affaires forestières de Saida et du pays.

    Il n’existe aucune loi qui oblige un internaute de se connecter à un site internet sous sa véritable identité. De même, il n’existe aucune loi qui oblige un site internet d’accepter les commentaires faits sous l’anonymat. Mais, et les lecteurs le savent bien, on est plus enclin à croire une personne identifiée plutôt qu’une autre qui refuse de nous dire son nom. Faut-il accepter uniquement les commentaires des lecteurs identifiés et supprimer les interventions faites par des anonymes ? Grande question. Et vous, amis de SaidaNature, qu’en pensez-vous ?

    La bonne éducation et le respect d’autrui, de ses opinions nous imposent de discuter, de polémiquer bref d’échanger sans porter atteinte à l’autre.

    Merci pour vos bons voeux M. Grim.

  6. Chers amis,

    En ce 21 décembre, jour du solstice d’hiver, c’est mon dernier message pour cette année 2010. Je vous souhaite à tous une excellente année 2011.

    Je suis tenu de m’éloigner de l’ordinateur quelque temps.

    Mes bons voeux s’adressent également bien sûr à Monsieur Ksantini, notre patient webmaster.

    Une famille Ksantini -le père était quincailler à Saida – habitait l’immeuble où je logeais à la cité des Castors. N’est-il pas un membre de cette estimable famille?

    Nous reprendrons, si Dieu nous prête vie, notre survol historique des réalités forestières algériennes en 2011.

    Bonne année encore une fois.

  7.  »Bilal-Voyageur » récidive dans ses calomnies.

    Bachir Kadik, directeur de l’INRF m’avait accusé en 1983 de travailler pour les intérêts belge…par lettre officielle sous le timbre de la République algérienne démocratique et populaire.

    En 1972 à Télagh à l’occasion d’une réunion consacrée à l’examen de l’opportunité de créer une unité de panneaux de particules dans la ville, on avait fait courir le bruit que j’avais pour projet d’assassiner Benaissa Hakka durant la séance de travail.

    Durant toute la réunion à la daira, des gendarmes avaient pris position à l’extérieur de la sous préfecture pour le cas où…

    J’ai évoqué le cas du débit clandestin d’alcool dans la structure ONTF de Youb. Si  »Bilal – Voyageur » se décidait à intervenir sous sa véritable identité et non en corbeau je parlerai des séances d’ivrognerie auxquelles étaient coutumiers des dignitaires forestiers et leurs affidés.

    Pour cette dame de Telagh que, semble-t-il ,je ne pouvais rencontrer qu’escorté de gardes forestiers supplétifs (sic), je demande d’en savoir un peu plus. Les visiteurs de ce site seront très certainement désireux d’en connaître plus aussi.

  8. reponse a grim vous avez massacre les forets de SAIDA par vos idees qui vous passaient par la tete parceque tout le temps vous etiez ivre H24 Ces talents de technicirns dot vous vous vanter ne sont en realite que des pauvres valets qui etaient a votre solde vous etiez un dictateur et pour preve lorsque vous etiz a DJEFA vous fesiez la navette jusqu au TELAGH sous la protections des gardes forestiers suppletifs a l epoque pour rencontrer votre maitresse dont je ne citerais pas le nom.les seuls agentsdignes sont ATTAK YOUNES KEBBAB ET BOUSSIRRI que je salutau passage pour les autres c est des fripouilles cmme vous Vous avez quittez l ALGERIE alors n y penser plusI vous avez bien travailler pourquoi on vous a expedie au TASSILI et non pour une exprdition comme vous vous le pretendier Alors arreter de nous narguer avec vos mensonges si vous ingenieur c est pour vous et non pour les autres DONC ON CONNAIT votre passe reste la ou vous etes buver votre vin jusqu a la mort OUBLIERSAIDA ET L AGERIE si vous tener tellement a lAlgerie pourquoi vous etes parti je crois que vous comme BOUGUIBA lorsqu il a dit PRUPKR TUNISIRN DE MA TOMBE J VOUS GUIDERAIS

  9.  »Bilal-Voyageur », votre acolyte  »Sofiane-Sofiane B.-Abdelouahab » reprend ses calomnies sur le site Djelfa.com. Il vous faut pas moins de cinq pseudonymes pour ternir le travail d’aménagement et de reboisement que j’ai initié depuis 1968.

    Pourquoi vous abriter derrière des noms d’emprunt si votre but véritable était d’informer?

    Si j’ai réellement mal travaillé, mal agi, à Djelfa et à Saida pourquoi ne pas en informer vos lecteurs sous votre identité véritable?

    Que craignez-vous? Qui vous fait peur?

  10. Il m’est agréable d’informer le personnel de l’ancien projet Pineraie de Saida que depuis quelques jours leur contribution est mentionnée sur un autre site en construction mais déjà mis en ligne en dépit d’une présentation qui laisse encore beaucoup à désirer. Il suffira de cliquer par exemple sur m didaoui et les noms des participants à notre travail d’aménagement forestier (1973-1986) apparaîtront.

    Pour ce qui est du clic sur m Didaoui, les nom apparaitront à la page 2, rang 6 du moteur de recherches Google.

    Adresse du site: http://www.foretnumide.com

    Encore une fois, soyez extrêmement indulgent sur la forme; le fond par contre, je m’en porte garant.

1 2 3

Laisser un commentaire

Les guerres et cultures au ... |
ALPHA OMEGA NICE, le blog |
surnaturel |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Découverte d'une zone natur...
| romaindu44
| statM1